GJS 2013 – Entrevue exclusive de Kaïssa Doumbe Moulongo

Posted on Juin 22, 2013 in ACTIVITÉS, Montréal | Commentaires fermés sur GJS 2013 – Entrevue exclusive de Kaïssa Doumbe Moulongo

GJS 2013 – Entrevue exclusive de Kaïssa Doumbe Moulongo

Ngond’a Sawa o Canada : C’est vrai que c’est tout à fait remarquable que vous composiez, que vous interprétiez toutes vos chansons en douala. Est-ce que vous parvenez à toucher un public diversifié par l’entremise de vos chansons? Parce qu’on sait que le douala, c’est une langue qui est peu parlée à l’échelle de la planète. Alors est-ce que vous parvenez par l’intermédiaire de vos chansons à toucher un public sur la planète entière?

Kaïssa Doumbe Moulongo : Écoutez, jusqu’ici j’ai eu le privilège et la chance d’être invitée. Il y a encore deux mois, j’étais en Russie. Donc je n’ai pas toujours tout traduit… On dit souvent –et ce n’est pas un cliché– que la musique est un langage universel et je pense qu’au cours de cette expérience, bientôt 20 ans de carrière, je me suis retrouvée dans tellement d’endroits différents que chaque fois que quelqu’un est venu me voir à la fin d’un concert pour me dire soit « j’ai pas le moral, etc. », soit « ta musique m’a requinqué, etc. », j’estime que j’ai fait une partie de mon boulot!

Maintenant, c’est vrai qu’il y a plusieurs personnes, notamment des Américains, qui m’encouragent à écrire beaucoup plus en anglais. Bon, c’est vrai que l’anglais est ma cinquième langue et que je suis assez rigoureuse dans mon travail et préfère toucher à des choses qui me sont familières. Il est évident que je ne veux pas que ma musique ou mes CD soient dans des tiroirs, je voudrais que ma musique soit écoutée par le plus grand nombre et je pense que je vais commencer à intégrer le français et puis l’anglais justement pour pouvoir toucher beaucoup plus de monde, mais en même temps je tiens toujours à rester vraie. Je ne vais pas inventer une chanson en anglais parce qu’il faut absolument que je la chante en anglais! J’écris de manière spontanée et ça vient très souvent en douala. Pourtant je parle assez bien le français, depuis ma naissance… Mais je suis beaucoup plus à l’aise dans cette langue-là, le douala, et je veux la faire découvrir justement à d’autres pour qu’ils puissent réaliser qu’il y a un monde au-delà de ces langues dites « internationales ». Mais évidemment en tant qu’artiste, je ressens le besoin d’être aux prises de beaucoup plus de gens.

 

Ngond’a Sawa o Canada : Vous êtes vraiment une personne ouverte sur le monde et vous savez que lors du week-end du 29 juin à Montréal, en plus de la soirée de gala, il va y avoir aussi une conférence sur la thématique de l’intégration des immigrants au Canada ainsi qu’une kermesse culturelle organisées par l’association Ngond’a Sawa o Canada. Est-ce qu’on aura aussi le plaisir de vous voir lors de ces deux événements?

Kaïssa Doumbe Moulongo : Oui, oui absolument, j’y serai. Le concert c’est le 29 et je crois que le premier de ces événements aura lieu le 30, j’y serai encore et je reviens à New York le 1er juillet. J’y serai, j’y tiens vraiment!

 

Ngond’a Sawa o Canada : Cela serait vraiment bien! En fait, cela commence le samedi après-midi, le 29 juin, avec une conférence à partir de 14 h et puis bien sûr le soir on vous retrouve pour le concert en direct, le lendemain dimanche c’est la kermesse culturelle avec toute la communauté qui se prépare à vous recevoir. Alors c’est vraiment une bonne nouvelle! On vous donne donc rendez-vous le 29 juin à Montréal.

Kaïssa Doumbe Moulongo : Super!

 

Ngond’a Sawa o Canada: Merci beaucoup, Kaïssa!

Kaïssa Doumbe Moulongo : Merci, Nathalie!

 

Propos recueillis par Nathalie Betote Akwa le 17 juin 2013

Article publié par Betote Doumbe Akwa

Pages: 1 2 3

Share This